Méthodologie 2/3 – Evaluation du risque

L’évaluation du risque politique permet de comprendre pourquoi une réforme va ou non être adoptée. Elle est faite par les internautes et repose sur une série de questions portant sur 3 facteurs de risque : l’opinion publique, la coalition gouvernementale et les parties prenantes de la réforme.

  • l’opinion publique: l’opinion est un souci constant des décideurs politiques. Ce facteur de risque analyse 1) l’attention que l’opinion porte sur la réforme et 2) son soutien (ou opposition) pour le projet de réforme. 1) L’attention de l’opinion est évaluée au regard des effets concrets de la réforme sur les citoyens (hausse d’impôts, …), et de la complexité des enjeux. Pour que l’opinion se saisisse d’une réforme, il faut qu’elle en comprenne les enjeux. Plus une réforme est complexe, moins les citoyens sont incités à faire l’effort de la comprendre. 2) Le soutien de l’opinion est évalué au regard du mandat électoral (s’agit-il d’une promesse de campagne ?) et de l’adhésion de l’opinion analysée dans les sondages.
  • la majorité gouvernementale : ce facteur de risque vise à décrypter les rapports de force sur la scène politique. Il analyse 1) le soutien de la majorité gouvernementale pour le projet de réforme, en évaluant tant le soutien parlementaire que celui du Premier ministre et du président de la République; 2) le leadership politique du gouvernement, évalué au regard de la popularité du gouvernement dans l’opinion, de la proximité politique avec les parties prenantes et du calendrier électoral.
  • les parties prenantes: ce facteur de risque porte sur les institutions (au sens large) affectées par la réforme indépendamment de leur implication formelle dans le processus. Afin d’éviter toute confusion et assurer la cohérence de la grille, les décideurs, c’est-à-dire les membres de l’exécutif et, le cas échéant, les parlementaires ne sont pas inclus dans les parties prenantes puisque leur contribution au risque politique est analysée au travers de l’environnement politique et du processus de décision. L’analyse des stratégies d’acteurs de le cadre de réformes a fait l’objet de nombreux travaux de sociologie, de sciences politiques, comme d’économie politique. La plupart des travaux soulignent l’importance des deux axes d’analyse : la position de la partie prenante ainsi que sa capacité à peser sur le processus de décision.
L’évaluation du risque politique proposée sur Couragepolitique.fr fournit un niveau de risque sur chacun des trois facteurs de risque. Ces scores sont calculés à partir des réponses que vous avez faites aux différentes questions qui vous ont été posées. Le total du score par facteur de risque est calculé en % du score maximum. Le niveau de risque est considéré comme faible pour un score inférieur à 33%, moyen pour un score entre 33 et 66% et fort pour un score supérieur à 66%.

Méthodologie 3/3 – Classements des personnalités

L’évaluation du risque politique permet de comprendre pourquoi une réforme va ou non être adoptée. Elle est faite par les internautes à partir de juin 2015 et par l’équipe de Couragepolitique.fr avant. Elle repose sur une série de questions portant sur 3 facteurs de risque : l’opinion publique, la coalition gouvernementale, les parties prenantes de la réforme (cf. article Méthodologie 2/3). Le baromètre de l’audace classe les réformes au regard de leur niveau de risque d’échec au moment de leur lancement. Les plus risquées sont classées en premier. Continuer la lecture de Méthodologie 3/3 – Classements des personnalités