Méthodologie 3/3 – Classements des personnalités

L’évaluation du risque politique permet de comprendre pourquoi une réforme va ou non être adoptée. Elle est faite par les internautes à partir de juin 2015 et par l’équipe de Couragepolitique.fr avant. Elle repose sur une série de questions portant sur 3 facteurs de risque : l’opinion publique, la coalition gouvernementale, les parties prenantes de la réforme (cf. article Méthodologie 2/3). Le baromètre de l’audace classe les réformes au regard de leur niveau de risque d’échec au moment de leur lancement. Les plus risquées sont classées en premier.

L’évaluation de l’intensité des perturbations subies par la réforme est réalisée par l’équipe de Couragepolitique.fr en fonction des éléments factuels rapportés par la presse. Elle porte sur trois types d’évènements perturbateurs liés aux médias, aux parties prenantes et au processus parlementaire.

L’évaluation du degré d’adoption de la réforme est réalisée par l’équipe de Couragepolitique.fr également. Elle repose sur le rapprochement des premières annonces du gouvernement lors du lancement de la réforme et du texte effectivement adopté. Le baromètre du courage classe les réformes selon la capacité du gouvernement à les faire adopter telles qu’annoncées malgré un risque initial et des perturbations importants.

Couragepolitique.fr propose ainsi trois baromètres classant les personnalités politiques selon leur audace et leur courage dans la conduite des réformes de politiques publiques. Le calcul de ces baromètres repose sur l’analyse des scores de risque ex ante, de perturbations et d’adoption obtenus par chaque réforme.

Les classements des personnalités politiques sont établis à partir des scores des réformes qu’elles ont portées. Afin d’attribuer ces scores d’audace et de courage des membres de l’exécutif (président de la République, Premier ministre, un ou plusieurs ministres) engagés sur une réforme, on calcule le nombre d’occurrences de leur nom dans la sélection d’articles relatifs à la réforme (cf. article Méthodologie 1/3). Un coefficient d’attribution[1] est obtenu pour chacune des personnalités impliquées en rapportant ce nombre au total des occurrences se rapportant à l’exécutif dans la sélection d’articles. Pour obtenir les scores d’audace et de courage, de chacune de ces personnalités, on multiplie ce coefficient par le score d’audace ou de courage des réformes auxquelles elles ont contribué.

Afin de neutraliser l’effet lié à la durée de mandat, les scores ainsi obtenus sont ensuite rapportés au nombre de mois pendant lesquels la personnalité politique a été en poste.

Lorsqu’un Premier ministre ou un ministre a été remplacé en cours de réforme, les points d’audace sont attribués à celui qui participe au lancement de la réforme, et les points de courage à celui qui la porte jusqu’à son adoption.

[1] Le coefficient du ministre principalement en charge du projet de réforme bénéficie d’un coefficient d’attribution plancher fixé à 50%

Consulter l’article 1: Identification et sélection des réformes sur Couragepolitique.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *